FR
×

Language Selector

English

French

Questions fréquentes

Une économie circulaire est basée sur les principes de réduction des déchets et de la pollution, de préservation des produits et matériaux utilisés et de régénération des systèmes naturels.

Le système actuel n’est plus efficace pour les entreprises, les personnes et l’environnement. Le modèle actuel consiste à prendre des ressources de la terre pour fabriquer des produits souvent jetés une fois que nous les avons utilisés : prendre-fabriquer-jeter. C’est ce qu’on appelle l’économie linéaire.

Il est essentiel de transformer le système de prendre-fabriquer-jeter, comprenant la façon dont nous gérons les ressources, fabriquons et utilisons les produits et ce que nous faisons des matériaux après. C’est alors seulement que nous pourrons créer une économie circulaire florissante, avantageuse pour tous.

Changer de système implique une collaboration de la part des entreprises, des villes des gouvernements, des ONG et des personnes. Ce processus aura ainsi un impact positif sur les produits, voire les emplois. En concevant des produits pour réduire les déchets et la pollution, en recyclant et en réutilisant les produits et les matériaux et en préservant nos ressources naturelles, nous pouvons bâtir une économie réellement circulaire.

Le recyclage mécanique, également connu sous le nom de recyclage traditionnel est le type de méthode de recyclage de reprise, couramment utilisé dans les bureaux ou les foyers, où les plastiques de code d’identification des résines RIC 1 et RIC 2 sont placés dans des bacs de recyclage. Les plastiques utilisés sont généralement triés, nettoyés, déchiquetés, fondus puis à nouveau extrudés en boulettes de plastique. Ces boulettes sont utilisées dans de nouveaux emballages en plastique et d’autres produits généralement recyclés. Le recyclage mécanique dégrade les polymères dans le temps, ce qui signifie que le plastique ne peut plus être recyclé après un certain nombre d’utilisations.

Voici un exemple. Le bouchon d’une bouteille d’eau peut être mécaniquement recyclé en tube de rouge à lèvres. Ce tube, s’il est recyclé, peut être transformé en stylo puis ce dernier, s’il est recyclé, peut être transformé en embouts de lacet. À ce stade, les embouts de lacet ne peuvent pas être à nouveau recyclés et bien souvent finiront dans une décharge une fois les lacets usés.

Ce processus est également fréquemment appelé recyclage chimique ou avancé. Chez Eastman, nous parlons de recyclage moléculaire car nos technologies de recyclage circulaire avancé, le renouvellement du carbone et le renouvellement du polyester, permettent de décomposer les déchets plastiques en composants moléculaires pour les réassembler en nouveaux matériaux.

Il existe de nombreuses méthodes de recyclage chimique et elles diffèrent en termes de processus, d’apport de déchets, d’efficacité et de performance environnementale. Les technologies de recyclage moléculaire d’Eastman réduisent les gaz à effet de serre par rapport à l’utilisation de combustibles fossiles et créent des produits recyclés impossibles à distinguer de ceux fabriqués à partir de contenu non recyclé.

Non. Le recyclage mécanique et le recyclage moléculaire , le duo parfait, sont des approches complémentaires avec différentes entrées et sorties. Ils sont tous les deux essentiels pour promouvoir une économie circulaire et améliorent de manière significative notre environnement et chaque technologie joue un rôle fondamental. Le recyclage mécanique est déjà largement utilisé par de nombreux consommateurs comme modèle éprouvé. Le recyclage moléculaire crée de la valeur à partir de types supplémentaires de plastiques usagés, leur permettant d’être retraités un nombre de fois infini.

Les technologies de recyclage moléculaire d’Eastman permettent de traiter la plupart des types de plastiques à l’exception du PVC. Le recyclage mécanique et le recyclage moléculaire constituent donc le duo parfait pour lutter contre la crise mondiale des déchets plastiques.

Le recyclage moléculaire d’Eastman nous permet de redonner au plastique usagé provenant d’une large variété de sources, dont les emballages, les fibres de tapis et les textiles, leur forme moléculaire, un nombre de fois infini. Avec notre technologie de renouvellement du polyester et notre technologie de renouvellement du carbone, nous aidons à créer une véritable économie circulaire.

La technologie de renouvellement du carbone (CRT) constitue l’une des technologies de recyclage moléculaire. La CRT est un type de recyclage avancé qui redonne vie au plastique usagé le plus complexe. Le processus utilise les déchets industriels de pré-consommateurs ou post-consommateurs (tels que les emballages flexibles, les films plastiques, les fibres de tapis polyester et autres plastiques mélangés) comme la matière première ou les ressources premières, et les décompose en leurs éléments constitutifs moléculaires, permettant aux molécules d’être réassemblées pour créer de nouveaux produits.

Le matériau qui en résulte est impossible à distinguer du matériau fabriqué à partir des matières premières fossiles et peut être utilisé dans des composants durables, des emballages et des textiles. Les matériaux peuvent ainsi être recyclés un nombre de fois infini, contrairement au recyclage mécanique, sans aucun compromis ou perte de qualité. Ce processus permet à la fois de ne pas déposer les matériaux dans des décharges, de les utiliser plus longtemps et a également réduit considérablement l’empreinte carbone par rapport aux matériaux créés en utilisant des combustibles fossiles. Le renouvellement du carbone permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre pour la production de gaz de synthèse, de 20 % à 50 %.

La technologie de renouvellement du polyester (PRT) représente l’un de nos deux types de technologies moléculaires. Le renouvellement du polyester nous permet d’empêcher qu’une famille de plastiques usagés polyester, et pas seulement les bouteilles d’eau claires, mais aussi des produits tels que des bouteilles colorées, fibres de tapis et textiles, ne finissent à la décharge. Cette technologie décompresse des matériaux à leurs monomères d’origine par un ou deux processus, glycolyse ou méthanolyse, selon le type de matériau utilisé pour alimenter le processus, pour créer de nouveaux matériaux, à partir de contenu recyclé. Ce processus, également connu sous le nom de dépolymérisation nous permet de recycler des déchets de polyester encore et encore sans dégradation dans le temps et de réduire les émissions moyennes de gaz à effet de serre de 20 % à 30 % par rapport aux processus utilisant des combustibles fossiles.

La fin de vie utile représente l’étape atteinte par un produit ou un matériau, lorsqu’il n’est plus utilisé. Cela pourrait signifier qu’il est destiné à la décharge, au compost ou au conteneur de recyclage, selon la façon dont l’utilisateur élimine le matériau. Chez Eastman, nous essayons de garantir que les matériaux ont une fin de vie utile appropriée et sont recyclés moléculairement ou mécaniquement en nouveaux matériaux, plutôt que d’être mis en décharge ou à l’incinération ou de finir dans notre environnement ou les voies navigables.

La technologie de renouvellement du carbone permet de traiter la plupart des types de plastique, dont le polytéréphtalate d’éthylène (emballage ou vêtement), le polystyrène (emballage ou isolation), le polyéthylène (emballage ou films) et le polypropylène (emballage, tuyaux, textiles et pièces électroniques, telles que les téléphones portables et le matériel électronique). Le chlorure de polyvinyle (PVC) constitue une exception.

La technologie de renouvellement du polyester peut utiliser la famille des déchets plastiques du polytéréphtalate d’éthylène ou de polyester, tels que bouteilles en plastique claires, films, textiles et tapis.

Eastman a pour objectif d’améliorer la qualité de vie du matériau et notre monde fait face à trois défis réels pouvant impacter cette qualité de vie : une alimentation optimale et prendre soin d’un monde pouvant avoisiner rapidement 10 milliards de personnes, le changement climatique et le problème des déchets plastiques.

Bon nombre de pays en voie de développement disposent de systèmes de gestion des déchets sérieusement insuffisants, entraînant des déversements non gérés, fréquemment vidés par des typhons et des tsunamis. Les déchets plastiques et autres matériaux pénètrent alors dans nos flux, nos rivières et nos océans, résidant éventuellement dans nos milieux marins, notre nourriture et nos organismes.

Notre équipe s’engage à éliminer les déchets de matériaux par l’innovation, créant des processus, permettant de réutiliser et de recycler les plastiques et les matériaux. Nous menons une révolution des matériaux en utilisant nos technologies de recyclage moléculaire pour préserver les matériaux et empêcher qu’ils ne finissent en décharge et nous réduisons les émissions de gaz à effet de serre dans le processus.

Ce qui nous différencie : l’échelle commerciale. Désormais, nous recyclons les déchets plastiques difficiles à recycler. Il ne s’agit pas d’une échelle pilote ou d’une annonce indiquant que nous sommes en phase de planification. Nous prenons déjà des mesures pour réinventer un système de recyclage contribuant à un avenir plus durable et permettant de créer une économie circulaire au lieu d’une économie linéaire. Nos technologies de recyclage moléculaire nous permettent de recycler presque tout type de plastique. Adopter le concept de réduction/réutilisation/recyclage est une réalité pour nous.

Le bilan massique désigne un protocole accepté et certifié qui documente et trace un contenu recyclé, par des systèmes de fabrication complexes. Il est utilisé lorsque des matières durables telles que le plastique recyclé sont mélangées à des matières traditionnelles telles que de la matière première.

Par exemple, Eastman utilise les deux sources pour créer des composants identiques pour ses matériaux. Comme ils sont identiques, il est impossible de retrouver les molécules exactes pour les produits finaux. Cependant, nous pouvons enregistrer la quantité de plastique recyclé, utilisée dans la fabrication et l’équilibrer par rapport au contenu recyclé certifié dans les produits finaux.

Les déchets plastiques alimentent les technologies du recyclage moléculaire d’Eastman à la place de la matière première à base de combustible fossile.

Ce plastique est décomposé en éléments constitutifs moléculaires, intégrés aux systèmes de production, ce qui se traduit par une quantité moindre de molécules à acheter ou à fabriquer à partir de combustibles fossiles.

La quantité et l’identité des molécules recyclées sont placées dans un stock, effectuant un suivi précis de la quantité de chaque molécule recyclée. (N’oublions pas que ces molécules sont impossibles à distinguer des composants fabriqués à partir de cette matière première fossile.)

Étant donné qu’Eastman effectue un suivi du nombre exact de molécules nécessaires à la fabrication de chaque nouveau produit Eastman, le nombre approprié de molécules est déduit du stock, lorsque le produit est fabriqué.

Selon les normes du bilan massique, la société Eastman n’est pas autorisée à vendre une quantité de nouveaux produits supérieure à la quantité de produits que nous avons créée à partir du recyclage de plastique usagé.

Une plus grande quantité de plastique usagé est alors intégrée au système pour réapprovisionner le stock.

Des voix importantes reconnaissent que le bilan massique favorise aujourd’hui l’économie circulaire. Il permet de traiter des plastiques recyclés et les matériaux bruts fossiles conventionnels, ensemble, dans des systèmes de fabrication existants, à l’échelle mondiale.

Le bilan massique permet également aux marques d’indiquer avec certitude la quantité de contenu recyclé utilisée dans les produits.

L’alternative au bilan massique consiste à créer une infrastructure distincte et redondante. La reproduction de nombreux réacteurs, colonnes de purification, réservoirs de stockage, lignes de polymérisation et systèmes d’emballage et de distribution prendrait des décennies et entraînerait un énorme impact environnemental.

Dans sa forme la plus simple, le bilan massique désigne une méthode acceptée et certifiée permettant de mesurer et de tracer des produits entrants et sortants recyclés. Et les principes du bilan massique sont utilisés dans un certain nombre d’industries, dont les énergies renouvelables.

Dans le recyclage avancé, le bilan massique trace, mesure et indique la quantité de matériaux recyclés, utilisés pour fabriquer un produit. Cette méthode agréée par l’ISCC mesure les produits entrants et sortants recyclés et permet aux marques d’indiquer le pourcentage de contenu recyclé affecté aux produits fabriqués. La Certification internationale de la durabilité et du carbone (ISCC) est une organisation indépendante et un système de certification reconnu, soutenant des chaînes d’approvisionnement durables, intégralement traçables.

Le bilan massique est certifié par un tiers à la norme ISCC PLUS. Nos partenaires utilisent régulièrement les normes ISCC pour garantir une certaine précision dans les matériaux que nous utilisons pour fabriquer nos produits. La certification tierce apporte une certaine transparence pour tracer tout contenu recyclé, certifié, par des points essentiels, dans la chaîne de valeur. La certification ISCC du bilan massique permet aux marques d’effectuer des réclamations de bon sens.

Les énergies renouvelables utilisent un système de bilan massique pour canaliser l’énergie produite à partir de sources renouvelables vers d’autres énergies nécessaires. Les éoliennes et les panneaux solaires sont situés stratégiquement pour utiliser l’énergie illimitée disponible pour générer des énergies renouvelables. Les crédits destinés aux énergies renouvelables sont attribués en fonction de la demande. Les compagnies d’énergie peuvent ainsi investir dans des actifs générant de l’énergie verte (éoliennes et panneaux solaires), plutôt que des lignes de transmission redondantes, pour répondre à des définitions obsolètes de la notion « d’être durable ».

De la même façon, le bilan massique conserve des ressources et réduit l’impact environnemental en empêchant les déchets plastiques de finir dans les décharges et les océans puis en renvoyant les matériaux récupérés au processus de production, pour qu’ils soient réutilisés. Avec le recyclage avancé, le bilan massique, les ressources entrantes et sortantes sont enregistrées, permettant de vérifier le pourcentage de contenu recyclé dans les produits fabriqués.

Nous disposons d’une stratégie d’entreprise transformationnelle en matière de durabilité, qui utilise l’innovation durable pour créer un meilleur cercle, ou une meilleure planète. Conformément à notre stratégie, nous avons défini des engagements en matière de durabilité, intégrant la circularité, atténuant les effets du changement climatique et répondant aux besoins d’un monde qui ne cesse de croître. Par le recyclage moléculaire, nous nous engageons à recycler 500 millions de livres de déchets plastiques par an, d’ici 2050, et nous avons pour objectif d’arriver à la neutralité carbone d’ici 2050. Nous vous invitons à consulter nos objectifs sur notre site Web sur la durabilité.

Nous aimerions vous contacter pour aborder avec vous certaines opportunités. Veuillez nous contacter.

Le recyclage moléculaire est une réalité chez Eastman. Nous fabriquons déjà des matériaux à l’échelle commerciale avec un contenu recyclé certifié et les produits sont sur les étagères.

Nous comprenons qu’il existe de nombreuses perspectives différentes sur ce problème. Les opinions de certaines ONG ne seront jamais parfaitement alignées aux nôtres. Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas trouver un terrain d’entente, à commencer par le fait que nous sommes conscients de la crise climatique et de la crise liée aux déchets, et chez Eastman, nous prenons nos responsabilités pour relever ces deux défis.

Nous avons des objectifs mesurables en matière de recyclage et nous disposons d’une stratégie pour réduire les déchets et augmenter la réutilisation des matériaux. Nos matériaux conçus à partir de contenu recyclé sont utilisés pour créer des produits qui seront réutilisés encore et encore. Le recyclage moléculaire est une réalité et nous l’adoptons dès à présent.